image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

mercredi 9 décembre 2015

Gluten : ami ou ennemi ?

Un article proposé par Lucia qui est très concernée par ce sujet, souffrant de la maladie cœliaque.
Elle nous propose chaque jeudi un menu adapté sur ABC.

Cet ami de nos papilles est-il l’ennemi de notre santé ?


Photo du site afdiag




Qu’est-ce que c’est ?
Le gluten constitue, combiné avec l’amidon, environ 80 % des protéines contenues dans le blé. Ce sont ces protéines élastiques et collantes qui rendent la farine panifiable, donc qui font lever le pain, lui donnent du moelleux et aident également à sa cuisson. Le gluten est à l’origine de cette jolie couleur dorée, de l’odeur appétissante et du croustillant des pains et pâtisseries.
Les céréales sont constituées d’amidon et d’une association complexe de protéines.

Définition de l’AFDIAG - Association Française Des Intolérants Au Gluten
« Les grains des céréales sont constitués d’un sucre, l’amidon, et d’un mélange complexe de protéines. Seules les protéines (gluten) du blé, de l’orge et du seigle sont toxiques pour les intolérants au gluten. Le gluten est donc la masse de protéines restantes après extraction de l’amidon de blé. Il représente environ 80% des 9 à 10 g de protéines que contiennent les farines.
Le gluten est composé de 2 fractions que l'on distingue par leur caractère soluble ou non dans l'alcool :
– La première fraction, les glutélines (gluténines pour le cas du blé), solubles uniquement dans les solutés basiques. Ce sont des protéines agrégées de haut poids moléculaire qui apportent le caractère élastique de la pâte à pain.
– La fraction la plus toxique du gluten est représentée par les prolamines (gliadines pour le blé) solubles dans l'alcool. Beaucoup plus petites, elles apportent les propriétés d'extension à la pâte.
Toutes les céréales contiennent des prolamines, en particulier le blé.
Les prolamines du blé, les gliadines, ont été les plus étudiées.
Il a été montré que ce qui était le plus toxique pour les cœliaques étaient des séquences d'amino-acides (deux séquences en particulier), comme on a pu le démontrer sur des fragments de muqueuses intestinales étudiées in vitro ; ces séquences d'acides aminés sont présentes cinq fois par molécules dans la gliadine et en particulier dans l'alpha-gliadine.
Les prolamines toxiques dans les autres céréales sont :
– les sécalines pour le seigle
– les hordéines pour l'orge
Le blé, le seigle et l’orge sont toxiques pour les cœliaques et ont dans leurs prolamines les mêmes séquences d'acides aminés. On ne retrouve pas ces séquences dans les céréales comme le maïs ou le riz qui sont bien tolérées. »

Le maïs contient de la zénine, le riz de l’orzénine, le sorgho de la cafirine, le millet de la panicine. Celles-ci ne semblent pas toxiques.
L'avoine, elle, contient de l'avénine. L'avénine est toxique pour la muqueuse intestinale des personnes cœliaques qui y sont sensibles. L'avoine en France est souvent sous-traitée avec le blé, l'orge et d'autres grains et se retrouve donc contaminée par d'autres glutens.


Malabsorption du gluten
Le gluten est toxique pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque et générateur de symptômes gênants voire invalidants chez les intolérants non cœliaques.
Il est important de faire la différence entre l’intolérance et la sensibilité au gluten.


La maladie cœliaque
L’intolérance au gluten ou maladie cœliaque est une maladie auto-immune qui se caractérise par l’atrophie des villosités de l’intestin grêle.
Pour poser le diagnostic de maladie cœliaque, il faut effectuer :
- une analyse sanguine pour rechercher les anticorps spécifiques, les IgA anti-transglutaminases
- une endoscopie digestive avec biopsie sur la partie haute de l’intestin grêle pour contrôler l’état des villosités
On doit constater une rémission des symptômes après un régime d’éviction totale du gluten pendant au moins 6 mois

Photo du site Gastroenterologue Saint Augustin


Il n’existe aucun traitement médicamenteux.
Le seul traitement est un régime strictement sans gluten à vie.
L’intestin cicatrise après 6 à 12 mois de régime d’éviction totale du gluten et le patient est en rémission.
L’absorption de la moindre molécule de gluten déclenche à nouveau l’atrophie vésiculaire.
Non diagnostiquée et surtout non traitée, la maladie cœliaque entraine des conséquences non négligeables.
La malnutrition due à la malabsorption des nutriments provoque fatigue, amaigrissement, faiblesse musculaire et carences alimentaires.
Ces carences nutritives amènent des complications de l’ordre d’une anémie ferriprive, un manque de vitamines, dont la B12, un manque de calcium, des troubles de la fertilité, de l’ostéoporose, des douleurs articulaires…
On peut observer des ballonnements, des diarrhées, un mal être intestinal, avec en outre un retard de croissance chez l’enfant.
D’autres problèmes plus graves touchent environ 10% des malades cœliaques, tels que des cancers intestinaux ou autres types de cancers en relation directe avec la maladie.


Hypersensibilité au gluten sans maladie coeliaque
Elle est caractérisée par la présence de différents symptômes liés à l’ingestion de gluten.
Ces symptômes sont assez semblables à ceux de la maladie cœliaque, hormis les complications (des ballonnements, des diarrhées, un mal être intestinal, parfois douleurs articulaires).
Les villosités ne sont pas affectées.
Il n’y a pas les anticorps spécifiques que l’on observe dans la maladie cœliaque.
Les personnes sensibles souffrent de troubles digestifs après avoir consommé du gluten, état qui s’améliore en diminuant drastiquement cette consommation.


Allergie au gluten
L’allergie au blé ou au gluten qui est plus rare, met en jeu les mécanismes immunitaires habituels en cas d’allergie.
Elle n’est pas nécessairement liée à l’ingestion de l’allergène et peut aussi se manifester par contact.
Les symptômes sont analogues à ceux provoqués par d’autres allergies.


Quelle attitude adopter si on se croit concerné ?
Déjà, en première intention, en parler avec son médecin.
Lui demander de pratiquer une recherche d’anticorps spécifiques pour écarter une éventuelle maladie cœliaque.
Cette étape est importante, car l’arrêt du gluten avant cet examen pourrait en fausser le résultat.
Le régime sera différent en fonction de la présence ou non d’une maladie cœliaque.
En cas d’hypersensibilité, il existe un certain degré de tolérance au gluten propre à chacun.
Il est donc préférable de diminuer progressivement sa consommation et voir où se situe le seuil de tolérance.
La consommation doit être adaptée au cas par cas.

Il est nécessaire de faire preuve de prudence avant de débuter un régime sans gluten. L'avis de son médecin parait indispensable. En effet, ce régime très contraignant peu entraîner des carences en fibres végétales et les aliments sans gluten ont un index glycémique plus élevé. D'autre part, ce régime occasionne des frais non négligeables.


Où trouve-t-on du gluten ?
On retiendra le mot SABOT pour connaître les principales sources de gluten.
Seigle - Avoine - Blé - Orge - Triticale
Le triticale est une céréale hybride entre le blé et le seigle qui sert surtout à l’alimentation des animaux, mais qui peut aussi convenir à l’homme.
En dehors de ces céréales qui sont consommées sous différentes formes, graines, farines flocons... on trouve le gluten dans toute une liste non exhaustive d’ingrédients, d’additifs des produits alimentaires transformés et préparés industriellement dont en voici quelques uns :
- malt et extrait de malt
- amidon (de blé, d'orge, de seigle, en fait issu de toutes les céréales interdites) et amidon modifié dont l’origine n’est pas précisée
- protéines végétales hydrolysées (ou extraits de protéines végétales hydrolysées)
- protéines végétales (par ex. texturées)
- matières amylacées
- agents anti-agglomérants (souvent présents autour des figues et des pâtes de fruits, du chocolat)
- épaississants (présents dans beaucoup de produits allégés)
- liant protéinique végétal
- matières grasses allégées
- capsules ou gélules glutinisées (gélatine et gélopectose sont autorisées)
- certains médicaments et vitamines, dont l’enrobage peut contenir du gluten (amidon) Choisir des vitamines hypoallergéniques, sans blé et sans levure,
- les bières (sauf celles étiquetées sans gluten).

Voilà pourquoi on peut trouver du gluten dans les yaourts aux fruits, la crème glacée, des mélanges à chocolat chaud, des crèmes desserts, des cubes de bouillon, des sauces au fromage, les fromages faibles en gras, la crème sure, les viandes en conserve, les saucisses et autres charcuteries, les sauces tomate, le beurre d’arachide, les fruits secs, le chocolat, la majorité des plats préparés, etc…
Les boissons alcoolisées (obtenues à partir de malt ou dérivées du blé, de l’orge ou du seigle) comme le gin, la vodka, le whisky et le scotch sont potentiellement nocives. Bien que la distillation semble éliminer en grande partie le gluten, les médecins recommandent d’éviter ces boissons par mesure de précaution.
Attention à la contamination à domicile par contact pour les malades cœliaques (par exemple, utilisation du même ustensile ayant été auparavant en contact avec du gluten).
Certains rouges à lèvres, peuvent contenir des traces de gluten.
Certains produits ne contenant pas de gluten peuvent aussi présenter un risque lorsqu'ils sont fabriqués dans un atelier qui en utilise par ailleurs.
Ceci explique cela !

L’excès de gluten dans l’alimentation influe certainement sur le nombre croissant d’intolérants au gluten hors maladie cœliaque.


Pourquoi le gluten est-il toxique ?
Extrait des propos du Dr Philippe Fiévet aux 32èmes Rencontres des Médecines Alternatives et Complémentaires à l’Hôpital Tenon, Paris, le 11 octobre 2014, et retranscrits par Aïssa Blankoff, naturopathe-aromathérapeute
<< On assiste aujourd’hui à une pandémie mondiale de maladies liées à l’alimentation, au premier rang duquel on retrouve le syndrome métabolique, l’inflammation et les cancers. La question du gluten n’est pas étrangère à cette dégradation de la santé de l’humain.
C’est la protéine nommée gliadine qui pose le plus de problème : sa forme est indigérable car il est impossible de rompre la liaison peptidique de ses acides aminés. Le gluten stimule la production d’interleukines (IL 8 et IL 15) qui déclenche la production de zonuline qui crée de l’inflammation. La zonuline, sécrétée de façon constitutionnelle, stimule la  défense du corps ; on la retrouve augmentée dans l’asthme, la SEP, les MICI, le diabète de type 1, son chromosome de fabrication le 16, peut assurer la transmission de sa production de génération en génération. Le diabète est constamment amélioré par l’arrêt du gluten, même en se limitant à cette mesure uniquement, il en va de même du diabète de type 2.
Ces attaques immunitaires créent et entretiennent, à force, une hyper perméabilité intestinale, état qui laisse passer dans le sang des macromolécules en principe indésirables, et qui, par effraction, activent d’autres familles immunitaires comme les lymphocytes. La consommation de gluten entretient l’hyper perméabilité, l’inflammation et l’état de défense chronique de l’organisme. Ce mécanisme a lieu chez 100% des individus. Chez certains, les symptômes feront leur apparition, chez d’autres pas. L’arrêt du gluten améliore constamment la sévérité de toutes les pathologies.
Il faut savoir qu’aujourd’hui le gluten est partout, non seulement dans nos assiettes, mais dans de nombreux produits. Il est de plus en plus modifié. Jadis, les blés avaient une hauteur de 1m50.  Depuis, ils ont été manipulés génétiquement et on observe que la part de gluten dans le blé a été multipliée par trois depuis 50 ans. On en retrouve même dans le vin ! Il sert de colle dans les aliments industriels et est de plus en plus utilisé dans des centaines de produits de toutes sortes car il est extrêmement économique.


Autres pathologies probables
Différentes maladies neurologiques seraient dues à la sensibilité au gluten.
Pourquoi le conditionnel ?
Tout simplement parce qu’aucune étude de santé publique ne vient ni affirmer ni infirmer la relation entre le gluten et ces possibilités.
Le site de l’Association Stelior, Centre international d'informations, recherches et études sur les troubles du métabolisme et du comportement, développe amplement ce sujet.
Ici

17 commentaires:

  1. Très intéressant Lucia et surtout très instructif. J'en connaissais déjà une bonne partie mais me voilà encore plus instruite.

    Je suis quand même mal à l'aise pour vous proposer dorénavant des pains surtout qu'avec nos farines, on fait appel souvent à l'ajout du gluten. Il faudra y réfléchir pour l'avenir.

    Je dis souvent de ne pas se jeter dans l'interdiction du gluten sans connaître exactement son état et je souhaite que chacun lise comme il faut ton article

    Merci Lucia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là encore, tout est dans la modération Mireille.
      En dehors d'une maladie coeliaque avérée, consommer 2 tranches de pain par jour ne posera pas de problème si on s'applique à ne pas surenchérir avec trop d'autres féculents contenant du gluten dans la même journée.
      ☼☺☼

      Supprimer
    2. Oui en effet Lucia, ce que tu dis est important : en cas de maladie coeliaque avérée.

      Aujourd’hui on a malheureusement tendance à considérer le « sans gluten » comme LE nouveau régime à la mode. Et je lis trop souvent le cas de personnes qui tentent ce « régime » car les autres régimes n’ont pas fonctionné!!! On marche sur la tête !!!

      Remettons les choses à leur place. Il ne faut pas tout mélanger.
      Ne pas consommer de gluten, c’est avant tout pour résoudre un problème de santé.

      Les pains d'aujourd'hui contiennent trop de gluten car les industriels imposent aux céréaliers des céréales à fort taux de gluten pour obtenir des pains les plus gonflés qui soient. Les minotiers ajoutent parfois du gluten à la farine pour répondre aux exigences. .. sans compter tout ces ajouts de gluten comme décrits dans ton article : on en trouve un peu partout dans notre alimentation et dans des produits où on ne soupçonnerait pas d’en trouver…

      Soyons donc toujours vigilants lorsqu’on nous allons faire nos courses.
      Lire les étiquettes est plus que jamais indispensable.

      Et vive le fait maison et vive les pains que nous faisons nous-mêmes avec des produits vrais et sains… avec modération, comme tout aliment.

      Supprimer
    3. Ce qui me gène beaucoup, c'est de mettre le mot REGIME sur une alimentation sans gluten!
      Les produits sans gluten du commerce sont des produits grossissants pour la plupart.
      Il n'y a qu'à voir les pains, biscuits et autres pâtes dans les rayons "sans gluten" et faire un comparatif.
      Déjà leur IG crève le plafond! Leur teneur en calorie n'est pas des moindres non plus.
      Ce qui voudrait donc dire que ces pseudo régimes seraient pour le moins bien déséquilibrés... si on souhaite perdre du poids.

      Supprimer
    4. J'ai fait le même constat Lucia en fouinant dans les rayons sans gluten.
      Je suis abonnée à quelques blogs sans gluten et ils proposent majoritairement des recettes à base de farines de riz, de maïs ou de chataigne...

      Supprimer
  2. D'accord d'accord mais j'ai lu quand même en dehors de l'explication de la malade cœliaque, hypersensibilité et l'allergie et enfin sa toxicité qui explique bien des choses.

    Donc on ne peut pas s'arrêter à la maladie cœliaque "avérée". Et même en remettant les choses à leur place et en ne mélangeant pas tout, je me pose la question pour l'élaboration des recettes de pains et cela me paraît normal. Je n'ai pas peur, pas du tout mais je réfléchis à ce que je propose. C'est tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te suis bien Mireille, le gluten est loin d'être anodin, en consommer le moins possible me semble sage.
      C'est vrai que pour l'élaboration des pains le problème se pose.

      Supprimer
    2. Oui… mais quand on n’a pas d’intolérance ?
      Et puis je m’interroge à propos de la qualité du gluten, il doit y en avoir plusieurs, en fonction des produits qu’on achète, selon la farine qu’on choisit, de sa provenance, de son origine… ? Je pense par exemple au Petit Epeautre de Haute Provence dont tu nous avais parlé Mireille.
      Eviter tous les produits industriels qui en contiennent sans logique me semble être une attitude pleine de bon sens.
      Mais faut-il systématiquement le rejeter ?

      Supprimer
    3. Ah non pas du tout. Je m'occupe depuis très longtemps de tout ce qui touche à la boulangerie et je peux vous affirmer que nous sommes en présence d'un tas d'additifs plus nocifs et qui sont sélectionnés par l'industrie. J'achète des farines de qualité sans conservateurs ni rien du tout. En ce qui concerne le gluten, je suis trop concernée puisque je propose des recettes de pains avec cet ajout et j'essaie de plus en plus à en diminuer l'apport. Je crois que par la suite, je proposerai le choix car justement je ne veux pas le rejeter et surtout ne pas faire d'amalgame avec le réel problème que peut représenter le gluten et toutes ces modes de régimes à dormir debout qui condamne et qui malheureusement prennent le dessus sur le bon sens.
      L'article de Lucia est interpellant et même si j'étais déjà consciente, je le suis encore plus.

      A propos des autres farines, telles le riz etc... Ce ne sont pas de mauvaises farines mais tout le monde ne fait pas ig bas comme Lucia et tout le monde ne doit pas maigrir. Je connais des personnes qui souffrent de la maladie et qui sont heureuses de pouvoir manger quand même un pain grâce à ces farines.

      Supprimer
    4. Tout à fait Mireille!
      Il m'arrive également de consommer ces pains sans gluten à l'occasion, avec un fois gras par exemple.
      Pour les enfants coeliaques, c'est aussi très bien que ces pains existent, déjà qu'ils sont privés de beaucoup de choses!!!

      Supprimer
  3. Merci Lucia pour cet article vraiment trés complet sur le gluten. Je ne suis pas intolérante mais je m'en méfie et en consomme trés peu finalement : dans mes biscottes du matin ou dans le pain viennois de Mireille que je fais réguliérement et ce sans aucun inconvénient. Une chose certaine est que si je mange trop de céréales je ne suis pas bien d'une part et d'autre part je grossis , nous sommes tous différents là-dessus.
    Nous avons un ami qui mange ss gluten depuis de nombreuses années , il utilise effectivement beaucoup de farine de riz , de farine de maïs et de pommes de terre mais il n'a pas de problémes de poids étant trop maigre. Il est difficile pour un intolérant de manger à la fois sans gluten et IG bas, Lucia doit en savoir quelquechose.....
    Quant à la mode des stars de manger sans gluten pour maigrir ou autre : je trouve çà idiot
    et dangereux pour les lecteurs des magazines . Nous sommes tous différents avec une sensibilité propre à tel type d'aliment ou à telle façon de s'alimenter, à nous de s'observer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison Becha allier IG bas et sans gluten n'est pas simple.

      Supprimer
  4. merci à Lucia et à vous toutes ; Cet article est très complet,je vais l'imprimer-
    j'ai bien réduit le gluten t le lactose car cela entraîne chez moi divers malaises-
    toutefois il m'arrive de consommer 2 tranches de pain intégral le matin -
    pas souvent - il semble que mon organisme ne tolère plus cela.
    Je pense aussi qu'on en trouve partout ,et en grande quantité - et j'ai peut-être exagéré ma consommation autrefois!
    donc prudence!
    merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que dans ton cas il vaut mieux ménager ton organisme, après tout il sait ce qui lui convient ou pas.

      Supprimer
    2. oui : entre autres les douleurs articulaires et une tendance à la dépression ...
      la vraie: la biochimique- phénomène étonnant chez moi qui suis optimiste et équilibrée - mais ça n'a aucun rapport -
      en 2008 , j'ai véritablement "plongé" d'autant plus fort que je ne m'attendais pas à ça !
      maintenant je reconnais très vite les premiers signes ( impression d'être dans un tunnel mental )je me soigne très vite!

      Supprimer
  5. Merci lucia pour cette mise au point aussi rapide qu'efficace! Et qui m'est très utile.

    RépondreSupprimer

Imprimer