image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

mercredi 12 mars 2014

La mastication





Photo du site scientificamerican.com


En 1903 un certain M. Fletcher recommandait de mâcher la nourriture autant de fois que nous avions de dents… tiens donc…

Nous nous efforçons chaque jour de faire les bons choix alimentaires.
C’est bien.
Mais sans une bonne mastication, nous mettons des bâtons dans les rouages de nos belles intentions.
Car la mastication est une mécanique qu’on apprécie mal et dont on ne mesure pas toujours l’importance.

Quand on mastique, on pense à notre estomac, notre foie, notre pancréas, nos intestins, notre appareil digestif quoi !
On se dit que pour ne plus avoir faim, il faut que notre estomac soit rempli.
C’est faux.
C’est la mastication qui va déclencher cette sensation.

Notre corps est bien organisé : le cerveau a été placé proche de notre bouche.
Ce n’est pas par hasard.
Car nos mâchoires et notre cerveau sont connectés mécaniquement.
Lorsque nous mâchons nos aliments, le mouvement créé génère un afflux de sang dans le cerveau qui s’en trouve stimulé.
Ce mouvement régulier effectué durant la mastication, est un signal pour le cerveau qui va calculer ce qui entre dans notre organisme grâce à des capteurs sensoriels situés dans la bouche et sur la langue : glucides, protéines, lipides, sels minéraux, vitamines… Il va ainsi pouvoir organiser leur assimilation et passer commande des sucs digestifs nécessaires à l’appareil digestif.
Lorsqu’il va estimer que nous avons suffisamment eu de nourriture entrante, il va envoyer un signal de satiété à nos papilles.
Ce travail qu’il effectue nécessite du temps : 20 minutes environ.

Prenons deux assiettes identiques.
La première personne mange lentement en mastiquant bien : le cerveau récupère toutes les infos et la satiété s’installe correctement.
La seconde personne avale très vite son repas, sans bien mastiquer.
Le cerveau n’ayant pas eu le temps de faire ses calculs, il estimera que la personne n’a pas reçu suffisamment de nourriture et incitera à consommer plus, bien souvent sous forme de grignotages.
On comprend alors pourquoi il est important de bien prendre le temps de mâcher ses aliments : en mastiquant bien, on mangera moins.

Et puis n’oublions pas une chose. Si la nature nous a bâti un corps avec tout ce qu’il faut dedans, elle n’a pas mis de dents à notre estomac !
La mastication nous permet d’apprécier ce que nous mangeons et elle intervient pour écraser et malaxer les aliments que nous consommons.
Plus ils seront réduits et plus le travail digestif en sera amélioré.
La mastication permet de sécréter une bonne salivation qui humidifie ce que nous mangeons pour en accroître la décomposition en effectuant une pré-assimilation pour faciliter le travail de digestion.
A noter que cette salive qui arrive en masse, joue un rôle important contre les attaques acides et assure l’hygiène de notre bouche et de l’émail de nos dents.
En mangeant trop vite, nous limitons donc la salivation.
Lorsque nous avalons des morceaux trop gros, mal mâchés, ceux-ci vont mettre beaucoup de temps à être traités par l’estomac. En stagnant ainsi plus que nécessaire, ils vont fermenter, avec pour conséquence des remontées acides, des aigreurs, des gaz, une mauvaise haleine, une digestion lente et pénible, une sensation de fatigue après le repas.
Sans oublier au final des selles malodorantes au possible…

Pour mastiquer, encore faut-il consommer des aliments solides.
S’il n’y a rien à mâcher, difficile de mastiquer.
Alors bien souvent en mangeant mou on a tendance à manger plus parce que le cerveau n’a pas reçu les bons indicateurs.
On peut prendre l’exemple typique du hamburger, tout mou et qu’on avale à toute vitesse mais qui nous laisse très vite l’impression d’avoir encore faim.
Lorsque vous consommez une alimentation molle, pensez à lui associer un élément plus consistant.


Et puis très important, mastiquer c’est faire de l’exercice !
Un exercice facial.
En mâchant, vous sollicitez les muscles et l’ossature de votre visage.
Une bonne mastication peut faire office d’antirides !


Voila en quelques mots tous les atouts d’une bonne mastication.


Mâchez pour manger moins.
Mâchez pour une meilleure hygiène de vie.
Mâchez pour prendre soin de vous.

6 commentaires:

  1. Et ne mâchez pas vos mots non plus !! ;o)
    C'est un très bel article Dog ! Comme toujours serais-je tentée de rajouter !

    RépondreSupprimer
  2. Mâchez ...mâchez ...ouiiiii mais si vous êtes édentée sans prothèse privilégiez quand même le moulu .)))))

    RépondreSupprimer
  3. Et bien voilà, c'est dit !
    Moi qui mets un temps fou à mastiquer, voilà pourquoi je n'arrive jamais à la fin de mes repas !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, je vais lire et relire.....moi, j'arrive très bien à finir mon assiette, en général....certains jours, j'ai vraiment l'impression d'engloutir mon repas...!!!
    Et c'est alors que je suis tentée de me resservir....et pourtant, je sais bien qu'il faut prendre le temps de savourer son repas, mais, comme je suis une femme, j'arrive très bien à faire deux, voire trois choses en même temps...., mastiquer et savourer ☺☺☺☺☺ !
    Promis, je vais essayer de dompter la gourmande qui sommeille en moi, et qui se réveille à l'heure du repas,
    ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un truc pour aider à manger moins vite : attendre de vider sa bouche complètement avant de la remplir à nouveau.
      Ça parait évident mais pas si simple quand on a l'habitude d'engloutir son repas...

      Supprimer
    2. oui, tu as raison Chrisalice et on peut aussi poser ses couverts entre 2 bouchées !

      Supprimer

Imprimer