image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

vendredi 25 mai 2018

Menu végétarien IG bas du vendredi 25 mai 2018

Bonjour la maisonnée !



P'tit déj GP
Jus de citron dans un peu d'eau tiède
Crêpes à la farine de blé T150, lupin et orge
ici

















Carougnac
ici















Ce midi PL
Salade de betterave crue
Gratin de blettes
ici










Salade verte
Une pomme


Ce soir GP
Pakoras aux graines de soja vert
ici













Purée de carottes
ici













Un petit pot de fromage blanc 0% mixé avec des framboises surgelées




Bonne journée !

jeudi 24 mai 2018

Menu IG bas sans gluten ni lactose du jeudi 24 mai 2018

Bonjour la maisonnée !
L'avantage du sarrasin, c'est de pouvoir le déguster aussi bien en version sucrée que salée.


P'tit déj GP
Jus de citron dans un peu d'eau tiède
Pancakes au sarrasin
ici















 
tartinés avec un yaourt soja mélangé avec cacao et un filet de miel d'acacia


Ce midi PL
Gratin de tagliatelles de courgettes au tofu et à la tomate
ici










Salade verte
Fraises


Ce soir GP
Crêpes de sarrasin et lin fourrées
ici










Un flan maison
ici






 









Un kiwi




Bonne journée !

mercredi 23 mai 2018

Orge ou pâtes printanières au saumon (IG bas)

Cette recette peut-être PL ou GP, tout dépendra de la céréale utilisée





Ingrédients pour 4 personnes
4 pavés sans peau de saumon frais bio ou label rouge
12 asperges vertes
1 verre à moutarde d'orge mondé (trempé la veille)
ou
Pâtes compatibles (soba pour les personnes sensibles au gluten)
1 échalote hachée
15 cl de vin blanc sec
25 cl de crème soja
Ciboulette fraîche
Sel, poivre


Préparation
Si vous choisissez l'orge, rincez après l'avoir fait tremper et mettez à cuire à petits bouillons 50 minutes environ en salant à la fin.
Égouttez et réservez.
Préparez les asperges, coupez-les en gros morceaux et faites-les cuire une dizaine de minutes à la vapeur.
Mettez l'échalote hachée et le vin blanc dans une casserole et faites réduire jusqu'à ce qu'il ne reste quasiment plus de jus.
Ajoutez alors la crème soja, la ciboulette ciselée, sel et poivre.
Assaisonnez bien, il faut que ça ait du goût.
Laissez chauffer et épaissir à feu doux.


Dans une poêle anti-adhésive bien chaude, versez le saumon coupé en dés. Faites cuire quelques instants selon la cuisson que vous aimez et en cours, ajoutez les asperges. Si vous avez choisi l'orge, ajoutez-la aussi. Mélangez et laissez réchauffer quelques minutes.


Si vous avez choisi les pâtes, c'est le moment de les faire cuire al dente.
Voila, tout est prêt, il n'y a plus qu'à dresser sur assiette.




Menu IG bas vite fait du mercredi 23 mai 2018

Bonjour la maisonnée !




P'tit déj GP
Jus de fruits
Cake qui se prenait pour une brioche (encore une recette dont on peut congeler des tranches facilement)
ici












Une compote sans sucre ajouté


Ce midi PL
Radis roses
Côte de porc aux olives
ici












Poêlée de légumes surgelés (composition OK)
Un yaourt de chèvre


Ce soir GP
Orge si vous l'avez préparé à l'avance, cela se congèle très bien ou pâtes printanières au saumon (recette à venir)











 Une pomme




Bonne journée !

mardi 22 mai 2018

Les céréales ! Ces produits agroalimentaires transformés industriellement !


On les connaît, ils envahissent des rayons entiers et si jamais on ne sait plus très bien ce que c'est, il suffit de penser à Monsieur K! Mais il y a quand même des produits que l'on trouve dans les magasins bio qui sont de bonne qualité. Il suffit de bien les employer.

Cette synthèse est issue d'une recherche qui débute chez les fabricants de bière, grands consommateurs de flocons,  et grâce à un lien qui permet d'atteindre un second voire un troisième, on peut se faire une idée de la destination des céréales qui deviendront des flocons de toutes sortes.

Mais selon le type de céréales, le processus de transformation va varier et cela dépend des marques.

Pour faire simple, on peut dire que les céréales en flocons sont concassées avant d’être cuites à la vapeur. Les grains passent ensuite dans un circuit d’air chaud, sont refroidis, écrasés en flocons puis rôtis à haute température dans des fours.

Processus de transformation pour 4 variétés bien connues :
Les pétales, les soufflées, les éclatées et les extrudées.

Les 3 premières sont obtenues par simple transformation du grain originel, alors que pour l’extrusion,  les céréales sont d’abord réduites en une pâte qui pourra être découpée en n’importe quelle forme.

Au départ, les grains vont être débarrassés de leur enveloppe cellulosique externe, enveloppe coriace et peu assimilable. Puis ils sont placés dans un mélangeur où sont rajoutés le malt, le sel, le sucre, les vitamines et minéraux additionnels. Enfin, les grains sont cuits afin de transformer l’amidon en glucides plus digestibles.

Que va-t-on obtenir ? Un type de céréales selon la suite des opérations :

Style frosties :
On obtient des pétales par une nouvelle cuisson, dans un circuit d’air chaud qui permet de débarrasser les grains de blé ou de maïs de leur humidité excessive. Une fois refroidis, ils sont aplatis par des cylindres, qui leurs donnent leur forme caractéristique de pétale. Enfin des fours géants permettent de griller les pétales, qui peuvent ensuite être enrobés de sucres, chocolat, miel, etc..

Style Smacks :
Pour obtenir les soufflées : les grains sont cuits entiers à la vapeur, à très haute température (200°). Immédiatement après ils sont soumis à un vide partiel : l’air à l’intérieur des grains va pousser les parois, un peu comme quand on gonfle un ballon.
Ils sont ensuite enrobés de différents ingrédients et séchés par un flot d’air sec et chaud.

Style Rice Krispies :
On  obtient les éclatées par un procédé qui est surtout utilisé pour le riz qui est cuit à la vapeur puis séché. Puis les grains sont laminés : la paroi interne est détruite, mais ils conservent leur aspect d’origine. Se produit alors la phase de grillage, qui fait gonfler les grains.
Les grains sont généralement proposés nature ou enrobés de chocolat

Style Miel Pops :
Pour obtenir les extrudées : la fabrication de ces céréales ressemble beaucoup à celle des céréales soufflées. Néanmoins, avant d’être soumises au vide partiel les céréales sont transformées en une pâte à laquelle on peut rajouter du sucre, du miel

Ce qui me fait dire que les céréales ne sont pas crues mais toutes cuites et à mon avis elles ne peuvent plus augmenter en index glycémique mais est-il nécessaire de cuire à nouveau certaines citées plus haut ? Non, je ne pense pas mais qui sait !


Abordons maintenant le déroulement du processus de production des céréales :

Le traitement des céréales est un processus composé de différentes étapes qui sont décrites ci-dessous :

Avant que les produits puissent être livrés, il y a plusieurs étapes de production. La transformation des céréales commence pendant les mois de récolte (juillet/août) après la réception des céréales. Après le séchage, les céréales sont stockées en silos climatisés. Pendant toute l’année, les céréales sont puisées dans ce stock pour pouvoir livrer des produits frais sur demande.

Les étapes :

1. Le premier nettoyage
Les céréales sont déversées en vrac ou reçues en sacs. Souvent il y a encore des impuretés, comme des brins de paille, des herbes, des cailloux, des céréales vides et rongés. Ces impuretés sont aspirées à l’aide d’un premier nettoyeur, une sorte d’aspirateur énorme. A l’arrivée, les céréales sont le plus souvent encore assez humides, avec un taux d'environ 18 à 20%.

2. Le séchage
Afin de pouvoir conserver les céréales sans risque de pourriture, la teneur en humidité ne pourra pas dépasser les 16%. C’est pourquoi il est nécessaire de sécher les céréales à l’aide d’air sec. Les céréales sont chauffées jusqu’à une température de 40° C au maximum, autrement la germination pourrait être annihilée. Les céréales chaudes descendent lentement et sont stockées en silos.

3. Le stockage
Après le premier nettoyage et le séchage, les céréales sont stockées en silos. Les différentes céréales ont leur propre silo, pour éviter un mélange. Les silos sont bien aérés. Chaque silo est équipé d'un thermomètre. Pendant les récoltes et les semaines qui suivent, la température est contrôlée et notée au quotidien. Au moment où les céréales ont atteint la condition requise, la température est contrôlée de façon hebdomadaire.


Deux céréales se détachent des autres : l'avoine et l'orge. 

4. Le décorticage de l’avoine et de l'orge
La plupart des grains n’ont pas besoin d’être décortiqués ou sont achetés déjà décortiqués.

L’avoine est enveloppée par une pellicule qui ne s’est pas soudée à la graine, mais qui est relativement libre. La pellicule est très lisse, de sorte qu’on ne peut pas utiliser un système de frottage comme pour l’orge. En mettant l’avoine dans une sorte de centrifuge, la graine est détachée de la peau. Le lot d’avoine est assorti en trois classes de grandeur. Chaque classe est décortiquée séparément, ce qui permet un réglage plus raffiné des machines. Lors du décorticage, l’avoine est détaché de sa pellicule. Environ 20% des céréales n’est pas décortiqué et retourne encore une fois dans la centrifuge. De cette façon environ 100 kg d’avoine non-décortiqué devient finalement 60 à 75 kg d’avoine décortiquée. Il reste 25 à 40 kg de déchets (surtout des pellicules).

La pellicule de l’orge est soudée au grain et protège le grain pendant la croissance et le stockage, contre l’humidité, la moisissure et les parasites. Cette couche de protection non consommable est enlevée juste avant l'aplatissage pour conserver autant que possible le bon goût et pour protéger au maximum le grain contre la pourriture. La pellicule est enlevée de façon assez traditionnelle au moyen d’un frottage intensif entre la meule roulante et la boîte métallique qui l’enveloppe, c’est un tamis qui est trop fin pour laisser passer l’orge, mais qui laisse passer les pellicules et la poussière. Suite au frottement, la pellicule se détache du grain. La machine à décortiquer peut être mise au point de façon à ce que la pellicule se détache du grain sans que le son et le germe soient touchés. Cette méthode permet de conserver au maximum la valeur nutritive.

5. Le nettoyage
Après un premier nettoyage, la poussière, les pailles, les herbes etc. n'ont pas entièrement disparu. Pour obtenir des céréales propres, il faut les « nettoyer » par aspiration et tamisage. Il est tout d’abord de les séparer par densité : la paille et les pellicules pèsent moins lourd que les céréales et les cailloux sont plus lourds. Ensuite, il existe plusieurs tamis pour tamiser les parties qui sont trop petites ou trop grandes. De cette façon, nous pouvons obtenir des céréales propres pouvant être aplaties ou vendues dans les magasins. Derrière la machine de nettoyage se trouve une « trieuse » qui sépare les céréales rondes des herbes, comme la vesce, ou de petits bouts d’argile des céréales allongées.

6. L’aplatissage
Un jour avant que les céréales soient battues, elles sont d'abord mises à tremper. Le lendemain, les céréales sont déversées dans un silo, elles tombent sur une chaîne roulante où elles sont chauffées à l’aide de brûleurs à gaz. La chaleur est transmise par radiation, ce qui est comparable aux rayons de soleil. Les céréales deviennent plus douces et plus souples. Il importe de chauffer l’avoine pendant quelques minutes, pour éviter un goût amer pendant la conservation. L’avoine contient en effet relativement beaucoup de matières grasses par rapport aux autres céréales. Si le grain est endommagé, l’avoine risque de devenir rance, sous l’influence d’un enzyme (lipase). Le préchauffage interrompt l’activité de cette enzyme et le flocon garde son bon goût. Suite au préchauffage, l’amidon du grain est suffisamment lié pour que le flocon ne se décompose pas. Après le chauffage, les céréales sont laminées sous forme de flocons grâce à des laminoirs, ensuite ils tombent sur une bande, refroidissent et sèchent.


Ma conclusion et elle n'engage que moi :
Que penser de l’avoine et de l’orge ? Du cru ou du cuit ? On dirait que l’orge est cru mais je ne le pense pas finalement ; on n’en parle moins et on met plutôt l’accent sur l’avoine car il lui faut bien moins de temps pour qu’il ne devienne pas amer.

J’ai comparé tous les flocons chez moi et honnêtement je ne vois pas de différence par exemple entre le flocon d’orge et celui du petit épeautre ou de l’épeautre ou bien encore du seigle. En revanche, celui de l’avoine est différent et paraît plus cru finalement mais on sait grâce aux recherches de Michel Montignac, que l'avoine, malheureusement, se transforme complètement lorsqu'il est chauffé, peut-être à cause de son "gluten" un peu particulier.

Après réflexion et en pensant aux adeptes des flocons « nature », je leur propose plutôt d’acheter une petite machine qui s’appelle une floconneuse ou un appareil "mix" qui permet également d’obtenir de la farine. Il suffira ensuite d’acheter le grain en magasin bio, de le rincer, de le tremper et de le sécher avant de l’aplatir et vous serez en possession d’un flocon de grande qualité.
















Vos menus Ig bas du mardi 22 mai 2018

Bonjour la maisonnée !

Des aliments gras !
Bons pour le cholestérol !


L'avocat est l'un des meilleurs aliments anti-cholestérol. En effet, il n'apporte pas un seul gramme de cholestérol, mais des lipides bons pour le cœur, qui favorisent le bon cholestérol. Grâce à ses acides gras insaturés, l'avocat permet également de faire baisser le mauvais cholestérol. Vous pouvez le consommer tel quel avec un peu de poivre et de citron, mais sans vinaigrette ni mayonnaise.



Les noix sont très connues pour combattre le cholestérol. Elles contiennent également de bons lipides pour l'organisme, et elles permettent de réguler le taux de cholestérol.  En plus des noix, vous pouvez vous tourner vers les amandes, la noix de cajou, la noix de pécan, etc.

Contrairement aux idées reçues, le poisson contient également de bons lipides pour réguler le taux de cholestérol, à raison de 3 fois par semaine. Vous pouvez ainsi consommer de la sardine, qui protège des maladies cardiovasculaires. Vous pouvez également opter pour du thon ou du maquereau, en boîte et à l'huile d'olive ou même frais. Ces poissons apportent des oméga-3 essentiels pour combattre le mauvais cholestérol.


Un article sur le gras ici

Bonne semaine !

lundi 21 mai 2018

Maquereaux à la sauce aigre-douce (IG bas)

Une recette de Rosanna, amie du groupe FB







Ingrédients pour 2 personnes
4 filets de maquereaux
3 oignons blancs
1/2 verre de vinaigre de pomme
1/2 cuillère à soupe de fructose ou autre sucre naturel
Farine compatible PL (sans gluten pour les personnes sensibles (pois chiche par exemple))
Huile d’olive
Feuilles de menthe
Sel et poivre


Préparation
Farinez les filets de maquereaux.
Émincez les oignons et faites-les bien dorer dans une poêle.
Réservez.
A la place, mettez à dorer les filets de maquereaux.
Ceci fait, remettez les oignons dans le fond de la poêle et déposez par-dessus le poisson.
Ajoutez le vinaigre, le fructose, sel et le poivre, ainsi qu’un peu de menthe.
Laissez cuire doucement à découvert pour que la sauce réduise.
Servez chaud ou froid.




Menu à très bas IG du lundi 21 mai 2018

Bonjour la maisonnée !



P'tit déj GP
Jus de citron dans un peu d'eau tiède
Pain farines fiberpasta et soja
ici










Confiture épicée à la rhubarbe
ici













Ce midi PL
Salade de concombre
Maquereaux à la sauce aigre-douce (recette à venir)










Chou vert de printemps braisé
Crème airelles et rhubarbe
ici















Ce soir GP
Radis noir râpé (idées d'assaisonnements sans gras ici)
Jambon blanc dégraissé
Terrine de pois cassés aux courgettes
ici












Fraises




Bonne journée !

Corrections de menu coquilles du dimanche 20 mai 2018


Voici les corrections

P’tit Déj PL
Jus de pomme
Attention c’est un p’tit déj PL avec gras, donc pas d’IG au-dessus de 35 comme ce jus de pomme
Pain
Beurre
Gelée de framboise
Yaourt nature
Ricoré
Ici aussi, uniquement en GP à cause de son IG


Déjeuner PL
Pinces de crabe avec mayo maison
Jambalaya au riz
Avec du riz Basmati dans sa composition (IG 50), c’est un plat qui ne peut être que GP
Mousse au chocolat
Congolais
Contrairement au lait de coco, l’IG de la noix de coco est de 35, donc compatible aussi bien en PL qu’en GP.


Dîner GP
Cake salé
Ce cake contient du gras, à réserver en PL et plutôt le midi.
Patate douce au four
Fromage blanc 0% avec mirabelle (surgelées) et un filet de sirop d’agave

A noter la consommation de laitage animal : le yaourt + le fromage blanc cela fait beaucoup. Un laitage de vache par jour c'est mieux, surtout si vous avez beaucoup de poids à perdre.

Lisez cet article si besoin : ICI

Il y a aussi pas mal de sucre dans ce menu : jus de pomme, confiture, 2 desserts le midi, patate douce, mirabelles, sirop d'agave...

Avez-vous également noté le peu de présence des fruits frais et des légumes verts alors qu'il y a des féculents à tous les repas. 2 portions par jour de féculents sont suffisantes…  mais importantes.

Il faut être vigilant sur la composition de vos repas qui doivent être équilibrés dans le choix de vos aliments. Chacun a son utilité pour votre organisme et votre santé. Alors n’oubliez pas les fruits et les légumes, surtout que nous arrivons à la belle saison pour varier les plaisirs !

Ils ont beaucoup à vous apporter : ICI

Ne les oubliez pas mais avec modération, comme tout.
J’attire particulièrement votre attention sur les cerises qui ne vont pas tarder à arriver sur les étals.
C’est délicieux, un vrai plaisir, mais qui peut vous coûter cher en terme de consommation de sucre.
Regardez ICI sa teneur en sucre.

dimanche 20 mai 2018

Bavarois bicolore (IG bas)


Une recette de Gigi, amie du groupe FB







Ingrédients pour un moule d’un diamètre de 20 cm (moule avec fond amovible)
Biscuit
125 gr de poudre d’amandes
70 gr de fructose (plus ou moins selon votre goût ou autre sucre naturel)
3 blancs d’œufs + 15 gr de fructose ou autre sucre naturel
Pour la crème
250 g de mascarpone
2 jaunes d’œufs
60 g environ de fructose ou autre sucre naturel
1 litre de lait animal ou végétal
4 g d’agar agar
2 blancs d’œuf
Vanille ou cacao 100% ou café soluble


Préparation
Pour le biscuit
Mélangez les amandes et le fructose.
Montez les blancs en neige en incorporant le sucre lorsqu’ils commencent à prendre.
Mettre la préparation dans le cercle après l'avoir au préalable graissé afin de démouler le fond sans problème.
Enfournez entre 10 et 15 minutes à 180°C.
Une fois cuit, décollez les bords, sortez le biscuit, mettez le sur le plat de service et remettez le cercle pour qu’il entoure à nouveau le biscuit.
Mélangez soigneusement le mascarpone avec le sucre et les jaunes et séparez la préparation en deux.
Faites chauffer 50 cl de lait 2 g d’agar agar.
Lorsque ça commence à bouillir, comptez 2 minutes en remuant.
Ajoutez le parfum de votre choix et mélangez bien.
Laissez un peu refroidir et ajoutez à un des mélanges au mascarpone puis incorporez délicatement un blanc battu en neige.
Versez et étalez dans le cercle et mettez au frais pour 2 bonnes heures.
Faites chauffer les autres 50 cl de lait avec 2 g d’agar agar.
Lorsque ça commence à bouillir, comptez 2 minutes en remuant.
Ajoutez le parfum de votre choix et mélangez bien (choisissez bien sûr un autre parfum).
Laissez un peu refroidir et ajoutez au mascarpone puis incorporez délicatement un blanc battu en neige.
Reprenez votre cercle et ajoutez la préparation en lissant bien.
Remettez au frais pour deux bonnes heures au moins.
Démoulez et décorez à votre convenance.

Ce gâteau peut être fait avec toutes sortes de parfums ou fruits comme des poires pochées et mixées/chocolat - chocolat /vanille - chocolat/café -chocolat/framboise - chocolat/menthe … laissez libre cours à votre imagination. Et tenez-nous au courant !





Imprimer